AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Marco Pagott

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marco
Artiste de rue - Peintre
Artiste de rue - Peintre
avatar

Nombre de messages : 6
Alignement : neutre
Date d'inscription : 04/01/2009

MessageSujet: Marco Pagott   Dim 4 Jan 2009 - 17:15

Marco Pagott


Hum, ma tête... j'ai mal... et froid.


Ouvrant lentement les yeux il vit le linceul blanchâtre qui le recouvrait entièrement et s'étalait autour de lui à perte de vue. Hasardant un mouvement il leva un bras frigorifier qui craquela le manteau de neige et se hissa en tremblant au niveau de son nez. Une douleur sourde lui figeait les membres. Coulant depuis sa nuque elle lui parcourait toute l'échine, crispait ses épaules, et clouait ses cuisses. Il se redressa lentement le corps s'éveillant parcouru de spasme de plus en plus violents.

Bordel...


Tournant lentement la tête il eut face à lui la vision d'un paysage composé de formes planes, arborant des tons bleutés. Un groupe de montages lui masquait d'un coté l'horizon tendis que de l'autre d'imposant nuages parcouraient silencieusement une plaine stérile. Une bourrasque le rappela à sa condition et il voulut se couvrir. Il n'avait sur lui qu'un lot de haillons décousus, troués et trempés, ruines pittoresques de son ancienne vie.

Je... euh merci...

Il prit entre ses mains le bol de potage bouillant, et le porta lentement à ses lèvres. Ce n'était que de l'eau chaude et deux ou trois légumes mais il était si heureux de constater qu'il ne mourrait pas de faim qu'il pouvait s'en contenter. La chaleur qui émanait du bol le comblait, il en huma les exhalaisons laissant la tiédeur du breuvage lui revigorer les poumons avant même d'en boire la première gorgée. Celle ci lui brula le palais et la langue, mais une fois parvenue dans son gosier elle se changea en une vague revitalisante. Il avala d'une traite la moitié de sa ration avant de redresser la tête vers le groupe de survivants qui l'avaient recueillis. L'homme qui lui avait tendu son repas était allé servir d'autres rescapés de toutes sortes. Il ne put masquer sa surprise quand il remarqua des elfes, des hommes et même des nains se côtoyer sans que la moindre animosité ne trouble leurs facies. Dévisageant un par un les personnes présentes il croisa le regard d'une jeune hobbit, d'un homme lézard dont il n'aurait pas donné plus de deux jours à vivre et d'un félin qui semblait se vanter de sa fourrure blanche. Quelques hommes en arme distribuaient des couvertures en piteux état et des vêtements qui avaient probablement été récupérés sur des cadavres. On les acceptait sans demander son reste, remerciant les dieux d'un pourtant si maigre présent.


Je n'avais pas de famille, personne à regretter et personne qui puisse se lamenter de ma disparition, aussi suis-je épargné de la douleur qui frappe aveuglément chacun de ceux qui ont perdu un être cher, Cela dit j'aimais notre terre avant que la neige ne la recouvre et c'est avec une terrible nostalgie que j'entreprends de vivre à présent...


Le nain qui lui servait de compagnon de voyage acquiesça d'un hochement de tête avant de s'abreuver longuement à la choppe qu'il serrait entre ses petites mains.

J'ai également perdu une grande partie de mon œuvre, je peignais, les artistes, il doit probablement y en avoir parmi les nains. Je pense que si mes peintures n'ont pas été détruites c'est un peu comme si notre ancien monde n'avait pas totalement disparu et son souvenir sera moins pénible.

Le demi-homme émit un son rauque à mi chemin entre le gloussement et la quinte de toux.

Bah si tu avais vécu dans une de nos cités souterraines tu n'aurais pas eut ce soucis. Les cités naines n'ont pas été touchées par le cataclysme.
Il jeta un regard perplexe à son interlocuteur avant de soupirer.

Vous les nains, vous êtes tellement confiant en vous que vous ne devez pas tant souffrir que ça du cataclysme...

Tu l'as dit!

Mais dis moi, comment t'es tu retrouvé ici? N'étais tu pas à l'abri dans une de tes merveilleuses caves quand le monde à chaviré?

Grumph, je ne me souviens pas.

Et pour clore la discussion le nain bu de nouveau plusieurs longue gorgées.


Est-ce donc tout? Comment appel tu ce lieux? Néolias tu m'as dis... J'avais pensé que le cataclysme nous aurait laissé un peu plus qu'un campement sordide comme capitale...

Le roi fait tout son possible pour améliorer la condition des nouveaux arrivants, il en vient sans cesse chaque jour et...

Il ose se prétendre roi et régner sur ça ? Dis moi seulement si je pourrais trouver ici de quoi peindre, puis je reprendrais la route en quête d'un véritable lieux de vie.

Le campement a réussi à développer un semblant de commerce avec plusieurs autres lieux de refuges dans la région, je pense que tu devrais trouver ce que tu cher...

Merci Bien!

Il s'élança d'un pas vif, s'éloignant de la caravane qui venait de s'arrêter à la périphérie du campement et sans même se retourner fit un signe du bras pour congédier le milicien qui était venu les accueillir. Il traversa plusieurs allées de tentes, parfois une enseigne était posée à l'entrée de l'une d'elle ou alors un étendard indiquait la présence d'une boutique. La diversité des commerces le frappa et rapidement il dut admettre que Néolias était déjà presque une petite ville. Inconsciemment son pas s'accéléra, son regard de plus en plus rapide virevoltait partout où une information pourrait le guider, un léger début de panique commençait à troubler son jugement et il se senti perdu. Déjà il regrettait son comportement envers le miliciens. Il devrait bientôt s'avouer vaincu et demander son chemin à l'un des innombrables passants.


Depuis trois mois qu'il voyageait en compagnie d'explorateurs qui, comme lui, pensaient que Néolias n'avait pas une véritable espérance de vie et cherchaient une véritable ville où s'établir, il n'avait vu que plaines arides, montagnes escarpées, forêts mortes, rivières gelées, créatures hostiles et surtout, d'incroyables tempêtes de neiges qui les clouaient parfois près d'une semaine au même endroit. Leurs réserves de nourritures, conservées par le froid avaient tenu plus longtemps que prévu mais leur objectif se faisant introuvable ils commençaient à manquer et il n'y avait nul gibier qu'une simple demi journée de chasse permit d'abattre. Il n'avait réussi à peindre le moindre paysage, le moindre portrait, la moindre nature morte, leur rythme de marche ne le lui permettait pas et sa peinture gelait dans ses pots. Il se doutait que d'ici quelques semaines il se verrait contraint d'abandonner non seulement son nécessaire de peinture mais également ses chances de découvrir un véritable lieux de vie dans l'immensité glaciale de garkam. Une seconde fois le miracle d'un convois de survivants les sauverait de la mort et ils échangeraient leur connaissance de la géographie contre un repas et demi par jour.
Marco soupira, scruta une nouvelle fois l'horizon comme si par miracle les formes dentelées d'une cité étaient apparues au loin puis il se retourna vers le groupe, déchiffrant immédiatement leurs regards abattus.



Veuillez décliner votre identité complète!

On le bouscula d'une tape dans l'omoplate comme invitation à parler. Il toisa le soldat qui se tenait assis face à lui avec tout le mépris dont il était capable et esquissa un large sourire avant de prononcer ses premières paroles.

Marco Pagott, trente trois ans, originaire de l'ancien royaume des Sudennes.


Le soldat leva la tête de ses papiers pour observer son interlocuteur et sans même bouger de sa chaise il se pencha de chaque coté pour avoir une vision totale du sujet et sans même rendre son regard à Marco il commença à marmonner.

Uhm, taille moyenne, plutôt maigre malgré une constitution relativement bonne, ne ferait pas un bon soldat... un éclaireur peut-être, quoique... Teint légèrement blanchâtre mais rien d'inquiétant, aucun signe de maladies infectieuses, cheveux mi cours mais semblent bien entretenus, probablement pas de poux, visage plutôt bien fait... c'est rare les personnes épargnées par les marques du combats... yeux... état excellent. Je note, brun, yeux vairons, regard orgueilleux... bien.

Le soldat redressa la tête et fit un signe à un de ses collègues.

Nous allons prendre vos mesures, pendant que nous continuerons l'entretient. Avez vous quelconques aptitudes qui pourraient vous rendre utile?

Une réponse cinglante lui brula les lèvres quelques seconde mais il jugea plus intelligent de rester dans le rang... pour cette fois. Marco n'étant pas de mauvais fond il se serait probablement montré amical avec le responsable du recensement si ce dernier avait été plus courtois. Peut enclin à la compréhension et se fichant généralement de tout Marco avait tout d'abord songé à ne pas se faire recensé du tout. Finalement c'était tout de même mieux ainsi. Il grimaça lorsqu'on lui entoura la taille et la poitrine d'un mètre ruban.


Je connais l'art de la peinture et du dessin...

N'avais-je pas précisé qui pourrait vous rendre utile?

Même si j'avais été le dernier des incapables venu j'aurais sans doute put me rendre plus utile que vous ne l'êtes actuellement, mon talent me permettra non seulement de contribuer au bonheur des commerçant en leur composant des enseignes à la hauteur de leurs échoppes mais aussi d'aider la milice dans ses recherche en peignant le portrait d'individus recherchés ou encore de permettre aux ...

Oui bon... je vous prierais d'être un peu plus respectueux, montez de ce coté ci de la balance. Encore quelques informations, vous confirmez être parfaitement humain?

Oui


Vous comptez vous établir durablement à Néolias?

Oui, j'ai déjà trouvé une vieille cabane à l'orée du bois qui me convient parfaitement.

Humpf très bien, promettez moi de faire attention à l'audace de vos paroles et je vous déclare officiellement citoyen de Néolias!

Les promesses ne sont pas faites pour être tenues, mais soit.


Ne serrant pas la main que le soldat lui tendait, il ramassa l'acte qui faisait de lui un véritable Néolien ainsi que la bourse pleine d'écus que l'on destinait à chaque nouvel arriva, hocha calmement de la tête en une mimique de salut et s'en alla commencer sa nouvelle vie.




Résumé:

Marco Pagott,
humain agé de 33 ans
,
classe à venir,
alignement neutre ( a tendences chaotiques neutre ou neutre bon dépend des humeurs )
artiste peintre
pour job en tout genre,
nouveau venu -> 0pex
Caractéristiques en cour de délibération.
Inventaire: rien ... enfin chui pas à poil quand même... si?
Avec premier salaire en poche.
Pour plus d'infos suffit de d'mander ;-)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Marco Pagott
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation Marco [en cours]
» Memorial Marco Pantani (1.1) =====> Burgel (Lampre)
» Retour de Marco
» Les travaux de Marco Albiéro
» Marco Reus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Garkam, Forum Rpg :: Neolias :: Neolias - Général :: Les Quartiers Résidentiels-
Sauter vers: