AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le retour du nain

Aller en bas 
AuteurMessage
Huragorn
Forgeron
Forgeron
avatar

Nombre de messages : 1643
Age : 26
Classe : Gladiateur
Alignement : Loyal Neutre
Xp - niveau : pas mal d'XP(niveaux 6)
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Le retour du nain   Jeu 10 Juil 2008 - 2:51

Six mois.
Cela faisait six mois que plus personne n'avait de nouvelles d'Huragorn. Lors de la dernière bataille, le forgeron s'était écrouler en combattant un troll. Ensuite, dans la rage des combat, son corps fut perdu. Certains pensèrent qu'un autre monstre allié aux orc aurait pu le dévorer, mais l'armure, les armes...Tout cela était étrange. Et beaucoup pleurait la perte du valeureux guerrier. En fait, ce qui s'était passé était encore plus original que sa.

Huragorn se réveilla dans les bois, ligotté. La gorge sèche, les yeux qui piquent, le mal de crâne...Il crut qu'on lui avait fait une mauvaise blague après une murge a l'auberge. Malheureusement, le visage recouvert d'un foulard qui se pencha sur lui en grognant le ramena a la dur réalité : il s'était évanoui après avoir chuté du troll. Ensuite, il avait du se faire ramasser par les pire hommes qu'ils soit...
Des pilleurs. Des êtres sans morales ni éthiques, près a tout pour gagner de l'argent. Comme par exemple suivre les armées en vadrouille et ramassé tout sur leurs passage. Néolias fut touché.
Mais le forgeron fut tiré de ses rêveries par un autre homme encapuchonné qui le souleva par le col pour l'assoir sur une souche d'arbre, en face d'un petit feu de camp. Ses yeux mirent quelques instants à s'habituer a la lumière vive, mais il se ressaisit vite. Autour de lui, cinq paire d'yeux braqué sur lui, à l'abri sous une capuche sombre qui cachait leur visage, munit lui d'un foulard rouge. L'un d'eux pris la parole, tout en titillant la poignée de son épée.


[color:9ab7="Blue"]"Qui es-tu nain? As tu de la valeur, de là où tu viens? Je t'ai vu combattre un troll, tu dois être un bon combattant. Répond, et je te laisserais peut être la vie sauve."

Huragorn ouvrit la bouche. Un insolant pareil! Le nain était presque sûr de pouvoir les terrasser tous ensemble, sans ses cordes entre les poignets et les jambe. Il devait gagner un peu de temps, et en profiter pour récupérer. Il crevait de soif, s'était une bonne excuse.
Le nain n'eut pas grand chose a faire pour changer sa voix à la façon de quelqu'un qui vient de passer deux jours sans boire dans le désert.


[color:9ab7="DarkRed"]"A...A b...A boire!!!..."

L'homme le regarda un instant, puis d'un signe de tête, un des autres pilleurs se leva avec une gourde et laissa le nain boire de longue gorgée. Puis il arrêta, et le premier lui rappela à l'ordre :

"[color:9ab7="Blue"]Parle!"

Huragorn s'humecta les lèvres, et commença a parler, lentement.

[color:9ab7="DarkRed"]"Je m'appelle Huragorn, je suis forgeron de Néolias. J'aide aussi l'armée de ma nation lorsqu'il le faut, mais je ne suis pas un soldat bien entrainé. Le troll était un coup de chance. Maintenant, relâchez moi!"

L'homme ne bougea pas d'un centimètre. Il sembla jaugé le nain, l'observer de haut en bas. Puis il se leva, et annonça :

[color:9ab7="Blue"]"Je pourrais te tuer, comme je pourrais t'utiliser comme esclave dans une de nos petites forges. Mais vu l'affront que tu viens de me faire en me donnant un ordre, je vais te faire souffrir. Tu sera maintenant l'aide au camp, et tu devra accomplir tout nos ordres le plus rapidement possible. Les mains et les jambes enchainés bien sûr. Demain, tes armes seront détruites sous tes yeux."

Le pilleur lança un regard vengeur sur le nain, et le leva. Deux autre vinrent vers le nain et le rejetèrent a sa place initial. Huragorn atterrit lourdement sur le sol. Tout ses membres étaient douloureux, mais il fallait qu'il s'en sorte. Sinon son honneur serait perdu, et sa liberté avec.

Une heure passa. Plus rien ne bougeait dans le campement, a par une sentinelle dans une arbre qui bougeait de temps en temps. Le forgeron essayait de réfléchir a un plan. Il n'arrivait pas à défaire le nœud dans son dos, mais peut être que les braises l'aiderait un peu. Discrètement, il se tortilla jusqu'au foyer. Il lui fallu presque vingts minutes pour parcourir deux mètres, mais au moins, il ne réveillerai personne. Le jeune barbu réussit a se mettre en place après dix autre longues minutes. Chaque bruissement de feuille faisait battre son cœur a une vitesse folle. La corde chauffait, ses poignets avec. Il serra les dents, tout en tirant un minimum sur les extrémités du nœud. Sa vie défila devant ses yeux lorsqu'un claquement sec lui libéra les mains(l'une d'elle finit dans les braise, le brulant sur le dessus des doigts). Personne ne bougea. Huragorn resta immobile pendant de longues minute, épiant le moindre signe de danger. Puis il s'assit, ramenant ses bras ankylosés devant lui, dépliant et repliant les doigts, jouant avec ses poignets. Il sourit, comme un enfant qui obtient une sucrerie. Puis il défit silencieusement le nœud a ses chevilles. Retenant son souffle, il se leva. Une branche craqua sous sa botte. Le nain regarda autour de lui, et aperçu son paquetage...Derrière l'homme qui lui avait parlé tout à l'heure. Huragorn décida tout en une seconde. Son plan était dangereux, horrible, sadique. Mais il fallait qu'il s'en sorte. De quelques manière que se soit. Il se pencha pour attraper une braise bien rouge, de la taille d'une noix, et la tint entre ses mains en jouant avec pour ne pas se bruler. Il s'avança vers se futur victime a pas les plus discret possible pour un nain. Il était au dessus du pilleurs, celui dormait...Mais il se tourna soudainement vers le nain en poussant un grognement de paysan dérangé pendant la fauche. Hura' n'hésita pas un instant, il se pencha sur lui et lui enfonça la braise fumante dans le fond de la gorge, tout en refermant la bouche et le nez. L'homme ouvrit de grand yeux injectés de sang, alors qu'une larme perlait a son œil droit. Il remuait, faisait un bruit d'enfer. Des bruits se faisaient entendre tout autour d'eux. Le nain était repérer, mais il avait tuer, ou au moins mit hors combat, celui qui avait choisit sa soit disant peine. Du moins il croyait jusqu'à ce qu'une petite lame lui fauche le bras. Le nain rugit, et se releva(sans omettre d'envoyer un bon coup de botte dans les côte de sa victime) puis se jeta sur le tas d'affaire lui appartenant. Une hache de jet était posé dessus, il l'attrapa et empoigna de l'autre main sa hache a deux mains. Il se retourna et lança son projectile dans la poitrine du premier pilleur devant lui. Le second le chargea avec une épée courte, le nain l'envoya valsé d'un revers, du plat de la hache, avant d'enfoncer la lame dans le dos de son assaillant, qui s'écroula a terre, mort. Les autres, emmêlés dans leur couverture, ne comprenaient pas tout a fait ce qui se passait. Hura' en profita, rangea ses deux lames courtes dans leur fourreau, replaça son carquois dans son dos, attacha sa hache et attrapa son arbalète d'un geste précis et rapide avant de prendre la fuite. Il ne savait pas du tout où aller. Loin, pour l'instant, sera préférable. Il courut tout en chargeant son arbalète. Heureusement qu'il n'était qu'a un bivouaque, sinon il n'aurait jamais survécu a une fuite si foireuse. Il pesta tout en rigolant face a sa chance. Il se retourna et aperçu un homme qui le pourchassait déjà, surement la sentinelle.
Et il trébucha. Se relevant difficilement, il se retourna et tira. Au même moment, l'homme sauta par dessus la racine qui avait fait un croche pied au petit barbu. Le carreau se ficha dans sa poitrine, le rejetant en arrière. Il fut mort avant de toucher le sol. Hura' se cacha alors sous une lourde racine. Des bruits de pas. Le nain rechargeait son arme tranquillement, lorsque deux paires de jambes passèrent devant lui a toutes vitesse. Il attendit quelques instant, jusqu'à ne plus rien entendre. Puis il se releva et repartit vers le campement. Là, il récupéra ce qui lui semblait utile : deux gourde remplit, une miche de pain, sa hache de jet. Se repérant a la mousse sur les tronc, il en déduisit la direction du nord. Le mieux était de partir vers le sud. Des cris retentirent : les brigands avaient du tomber sur des camarades, ils ne valait mieux pas rester là. Le forgeron vérifia que ton son équipement tenait, et il partit. Où? Personne n'aurait pu répondre.


Pendant deux lunes, le nain erra. Néolias était devenu un fantôme pour lui. Il ne reconnaissait pas du tout le paysage. Survivant comme il pouvait, son expérience lui permit de tenir le coup. Il avait réussit a dénicher un chevreuil, qu'il avait abattu. Sa viande pendant a sa ceinture, il en avait pour quelques semaines encore. Le seul problème était : arriverait il un jour quelque part? Huragorn commençait a désespérer. Mais il savait que ce n'était pas en s'arrêtant de marcher qu'il aurait une réponse a cette question. Il savait au moins que les pilleurs ne venaient pas du sud. Il n'y avait ici que des collines, des petits bois et de la neige. Aucune route, aucune trace de vie autre que sauvage.

Huragorn, épuisé, s'écroula dans un petit bosquet. A grand coup de hache, il abattu de nombreux arbres dans le bois et se fabriqua un petit abris. Il pourrait au moins dormir tranquille cette nuit. Mais finalement, le fait de se faire réveiller par le brame d'un grand cerf lui donna une nouvelle envie. Le nain resta finalement là plus d'un mois, passant ses journées a se reposer, ou a poser quelques pièges pour se nourrir. Ses gourdes patientaient tranquillement sur les branches, réceptionnant quelques goutte venant de la neige fondu. La vie fut tranquille pour le forgeron, et il récupéra a fond. Mais la solitude vient vite à bout du paradis, et le guerrier repartit, bien qu'a contrecœur.

Quatrième mois de marche solitaire. Hura', plus en forme qu'au début, est pourtant fatigué. La fatigue moral est plus forte. Il se surprend des fois à vouloir repartir en arrière, retourner au bosquet. La forge lui manque, ses amis lui manque. La bière lui manque, surtout. Ses pensées vagabondes, il pourrait devenir fou. Mais son regard, perdu au loin, est le premier a le ramené a la réalité. Deux cavalier trotte vers lui. Son premier réflex est de courir à leur rencontre. Hey! Si jamais s'étaient des elfes de sang? Le nain se cabra, et sortit son arbalète en la chargeant au quart de tour. Les cavalier ralentissent, s'approchent prudemment de lui. L'un d'eux lève le bras en signe de paix et lance au vieux nain nerveux, qui ne sait plus quoi faire...Il n'a croisé personne depuis près de quatre mois!


[color:9ab7="Orange"]"Salut, petit homme. Que ton arme s'abaisse, nous ne te voulons aucun mal. Mais que viens tu faire près de la ferme Potipoakarotte?"

Huragorn ouvrit la bouche, mais rien ne sortit. Il n'en revenait pas. Des humains. Civilisés. Parlant sa langue. Il était aux anges.









HRP : j'finirait plus tard! j'vais me coucher '^^ [02h00...enfin presque xD]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le retour du nain
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TERMINÉ] Gurdal Gloignus, Nain de la Moria...
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» Thornac, le Nain guerrier
» Renom, Honneur et Wanted d'un Nain?!
» Retour en Enfer? [Pv Rayquaza]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Garkam, Forum Rpg :: Les Alentours :: La Plaine Gelée-
Sauter vers: